Close

Ouran-Doür

Statistiques : 992 mots – 5699 signes – 3 min de lecture.
Note  : L’histoire d’un mage noir et de ses origines.

Cette nouvelle a été écrite dans le cadre d’un concours de dollz en 2003. Il fallait créer un personnage, écrire son background et en faire une dollz
Beaucoup moins en vogue actuellement, les dollz sont une catégorie spécifique de l’art graphique digital. Celle-ci est réalisée en pixel art, c’est à dire uniquement au crayon 1 pixel du logiciel de graphisme.
Disponible au format pdf  pour les liseuses, tablettes et smartphone.

Personne ne sait exactement qui est le sombre sorcier qui fait régner la peur et la désolation sur le royaume de Dalaran. Depuis près de 400 ans, il étend sa domination sans qu’aucune nation n’ait pu lui opposer résistance. Des Terre de l’Ouest au Mont Ourkaï, de la Plaine Morte jusqu’aux rivages glacés du Lingara, il domine les dociles et brise les fiers.

Personne ne sait exactement qui est le sombre sorcier qui fait régner la peur et la désolation sur le royaume de Dalaran. Depuis près de 400 ans, il étend sa domination sans qu’aucune nation n’ait pu lui opposer résistance. Des Terre de l’Ouest au Mont Ourkaï, de la Plaine Morte jusqu’aux rivages glacés du Lingara, il domine les dociles et brise les fiers.

Le Sorcier de l’Ombre, Ouran-Doür

Certains disent qu’il est le fils du Seigneur d’En-Dessous envoyé à Dalaran pour y répandre les ténèbres et la mort, d’autres prétendent qu’il a du sang de dragon dans les veines et qu’il est immortel, d’autres encore pensent que le véritable mage est mort depuis bien longtemps et que c’est sa descendance qui perpétue le titre d’Ouran-Doür pour s’assurer pouvoir et obéissance.

Mais il est une autre histoire. Une histoire qui n’est racontée qu’à voix basse, une histoire qui me vient de mon grand-père qui la tenait lui-même du grand-père de son grand-père.

On raconte que tout commença au temps du roi Astor Ougris Garam, aussi appelé le Roi-Poisson car il étendit son royaume jusqu’aux rivages de l’Est et introduisit le poisson et la pêche dans les habitudes des Dalaris.

La tradition de la dynastie des Garam voulait que tout héritier mâle soit retiré à la famille royale dès sa naissance et placé en adoption dans une famille simple du pays. Ainsi, dans l’ignorance totale de ses propres origines, les jeunes princes devaient apprendre l’humilité et la vie simple des petites gens. D’un coté plus pratique, les héritiers du trône étaient ainsi protégés des intrigues et des dangers de la cour.

Ainsi naquit Isham Durian Garam, 25ième fils du Roi-Poisson et ainsi fut-il éloigné du palais royal.

Bien qu’ayant grandi sans avoir souffert de la faim ni du froid et bien qu’ayant reçu autant d’amour que le pouvait sa famille adoptive, l’humilité et la simplicité n’étaient pas dans le caractère d’Isham. Il n’éprouvait que dégoût et mépris pour ce petit peuple dont il s’était toujours senti différent et même supérieur.

Le jour de son 16ieme anniversaire, ainsi que le voulait la tradition, il découvrit qu’il était fils de roi. Considérant qu’on lui avait menti depuis son plus jeune âge, il fut pris d’une rage folle envers son père adoptif. Aux gardes venus le ramener au palais, il ordonna de l’abattre et de raser la vieille masure. Dans l’impossibilité de transgresser un ordre royal direct, les deux gardes exécutèrent le pauvre homme et brûlèrent la petite maison de bois.
Une fois au château, Isham se montra impossible, intraitable et capricieux. Tous les souhaits qu’il n’avait pu assouvir pendant son enfance, il s’empressa de les réaliser.

Le roi Astor, quoique ravit de revoir son fils, fut quelque peu troublé de le trouver en de pénibles dispositions. Lorsqu’il apprit la manière dont Isham avait traité son père adoptif, il fut pris d’épouvante devant la froideur de cœur de son propre fils.

Il décida de l’envoyer dans un lointain monastère, le privant par là de tous ses privilèges et pouvoirs royaux. Plus aucun garde n’aurait à obéir à l’un de ses ordres déments. C’est donc sous bonne garde qu’il fut emmené vers le temple de Baïkon Our, où il devait finir sa vie.

Mais le destin ne l’entendait pas ainsi. Pris en embuscade par une horde de Rakaï, les gardes d’Isham furent décimés. Grâce à son charisme et son aisance et malgré son extrême jeunesse, il parvint à les convaincre que s’ils acceptaient de l’aider à prendre le château de son père d’assaut et à devenir roi, il ferait d’eux ses vassaux, leur donnerait des fiefs dans les terres de Dalaran où ils pourraient régner en seigneurs et maîtres.

Après 12 mois de pillages et de recrutement, Isham arriva devant les portes de Tiamaré à la tête de l’armée la plus meurtrière jamais vue. Dans la capitale aux toits d’or, les Dalaris, en paix depuis trop longtemps, avaient oublié l’art de la guerre et subirent une défaite aussi cuisante que rapide.

Isham dont l’esprit tourmenté avait basculé dans la folie la plus noire passa lui-même par les armes frères, sœurs, père et mère sans la moindre trace de remord ou de culpabilité.

Mais ce furent les derniers mots de son père qui scellèrent la perte éternelle de Dalaran. « Toi aussi, tu mourras un jour » dit le roi Astor Ougris Garam dans son dernier souffle.

Pris d’une bouffée de panique, Isham su que son père avait dit vrai. Tôt ou tard, l’âge aurait raison de lui. Son cortège de souffrances et de décrépitudes l’assaillirait avant que la vieille faucheuse elle-même ne vienne l’emmener de l’autre coté du grand fleuve de la vie. Il se refusa à perdre son pouvoir si chèrement acquis.

Pendant 16 ans, secondé par les Rakaï pour qui les Dalaris n’étaient guère plus que des esclaves ou des objets de plaisir, il dirigea le pays d’une main de fer. Pendant 16 ans, il parcourut les livres et les bibliothèques à la recherche de la vie éternelle. C’est à 33 ans qu’il découvrit que le château de Tiamaré, le château dans lequel il résidait depuis si longtemps, le château qu’il croyait connaître par cœur. SON château possédait une bibliothèque secrète contenant de nombreux grimoires aux pouvoirs incroyables autant que terrifiants. Mais Isham ne connaissait pas la peur des choses obscures. Il trouva l’entrée secrète, la bibliothèque et UN livre : Le Grimoire du Nécromancien. Contenant des incantations d’une puissance inouïe, ce livre lui apporta LA solution.

Isham fit alors un pacte avec le Seigneur d’En-Dessous, le Nécromancien. Il aurait la vie éternelle pour peu qu’il ne se contente pas de régner et de tyranniser Dalaran. Il devrait étendre sa pestilence à toutes les terres du monde connu et préparer ainsi l’ère du Nécromancien.

Pour sceller leur pacte, celui-ci absorba l’âme d’Isham et lui donna le l’éternel feu secret des abysses à la place. Désormais, il était immortel et il  devint Ouran-Doür, le Sorcier de l’Ombre, le Serviteur de la flamme éternelle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *