Close

Juste un peu de flouz

Statistiques : 1081 mots – 6508 signes – 4 min de lecture
Thème : Défi Scribay « Réinventez votre métier dans un univers délirant » lancé par Cornedor
Note  : A tous mes amis et anciens collègues téléconseillers. C’est juste un boulot de dingue, vous êtes des warriors !
Disponible au format pdf pour les liseuses, tablettes et smartphone.

La main en visière, Dilee observait l’Enclos en contrebas. Elle n’avait jamais compris pourquoi, on utilisait une majuscule. Comme s’il était question d’un seul et unique espace. Alors qu’il s’agissait en réalité de milliers de champs de force éparpillés sur la plaine herbeuse.

La vue en était toujours aussi magnifique. L’immensité verdoyante était parsemée de petites bulles opalescentes. Bien qu’elles soient, pour la plupart, isolées les une des autres, certaines se croisaient pour créer d’étranges formes. Au sein de ces dômes grouillait littéralement de sébays qui s’égaillaient aussi loin que leur permettait leur ombilic. On aurait dit l’intérieur d’une boîte à appâts remplie de vers et de moucherons.

Au-dessus des coupoles diaphanes, parcourant le ciel dans de leur nacelle de travail, les gardiens de ces animaux sacrés : les Conseillers. A bord de leur Kaäsk, ils allaient et venait à travers les champs de forces. Ces légers esquifs semblables a de grosses perles noires un peu aplaties leur permettait de purifier le troupeau lorsque nécessaire.

Dilee ajusta ses écouteurs et s’installa dans son véhicule. Aussitôt, le cockpit se referma sur elle et les commandes se déployèrent. Sur le pare-brise interactif s’affichèrent de nombreuses informations. Etat des moteurs et des systèmes, statuts des communications et des munitions ainsi que les indications concernant chaque kaäsk présents dans l’espace aérien devant elle. La Navigation Assistée Virtuellement Intelligente, plus communément appelée NAVI s’activa. Sa voix métallique s’éleva dans l’habitacle.

– Bonjour Dilee ! Que puis-je pour vous ?
– Bonjour, NAVI. Décollage, s’il-te-plait. Dilee savait qu’elle s’adressait à un ordinateur et que les formules de politesse n’étaient vraiment pas nécessaires. Mais NAVI était une partenaire de tous les instant et on en oubliait vite qu’elle n’était qu’une machine.

Son kaäsk s’activa et s’éleva légèrement dans les airs. Elle devait retrouver Alia pour sa journée de réintégration.
– Recherche : Agent en activité. Identifiant : Alpha 9 3 3. Nom : Alia
– Alia détectée.
Sur son écran, un des globes obscurs s’entoura d’un halo clignotant : Alia.

– NAVI, connexion en escorte. Autorisation Delta 4 7 6.
– Paramètres ?
– Intercom synchronisé. Réception Excom d’Alia. Excom personnelles entravées.
– Paramètres acceptés. Connexion en escorte terminée. Voulez-vous activer le visuel.
– Oui, merci.

A l’intérieur du cockpit d’Alia, un voyant s’alluma lui signalant que quelqu’un était désormais branché sur sa conversation. Mais elle n’avait cependant pas le temps de s’y attarder parce que sa Benef était particulièrement désagréable.

Cette dernière apparus sur l’écran de Dilee. La femme était petite, menue et maquillée à la truelle. Ses cheveux blonds filassent formaient un chignon sans allant. Elle avait les joues rouges et semblait en proie à une grande agitation. Dans un petit médaillon dans le coin inférieur droit de l’image, Alia. Sa visière argentée était abaissée sur ses yeux afin de préserver son identité.

Apparemment, la femme avait communiqué l’identifiant de sa sébay en espérant une production de flouz supplémentaire. Il s’agissait bien sur d’une arnaque classique et maintenant la sébay se retrouvait contaminée par la Frod. Ce virus assez pernicieux modifiait les données destinataires liées à un identifiant et privait totalement un bénéficiaire du précieux produit.

Après une recherche avec son propre NAVI, Alia déploya deux fin bras articulés d’en-dessous de la coque de son kaäsk et se saisit par l’ombilic de l’animal contaminé. Elle le souleva délicatement de terre pour le séparer de ses congénères. Le petit être se débattit un moment puis se recroquevilla en tremblant de tous ses membres. Sur son flan, signe distinctif de l’infection, l’implant d’identification normalement d’un beau doré avait viré en un vert maladif.

Dilee suivait la discussion avec intérêt.
– Votre sébay va donc être effacée, Madame Sargass. Dans 10 jours, vous recevrez l’identifiant de votre nouvelle sébay. Il vous suffir….
– DIX JOURS ! MAIS VOUS ÊTES FOLLE ?

Un léger soubresaut contracta le coin des lèvres d’Alia mais elle ne releva pas le manque évident de courtoisie de sa bénéficiaire. Elle détacha délicatement le tuyau de la sébay. Quelques gouttes de fluide verdâtre s’échappèrent du drain pendant que la petite créature plate agonisait.

– Je vous en prie, Madame Sargass. Restons corrects, s’il-vous-plait. Donc je vous disais…

La femme hurla de plus belle.
– MAIS, VOUS VOUS MOQUER DE MOI ? RESTER CORRECT ? Mais vous ne l’êtes pas vous… Vous vous en foutez ! Je ne vais pas RESTER SANS FLOUZ aussi longtemps. Et COMMENT, je FAIS pour vivre, MOI ?

Professionnelle, Alia maîtrisa une dernière fois la colère qui grondait en elle.
– Madame, je suis navrée mais il ne s’agit ni plus ni moins que du temps d’incubation nécessaire. De plus, je vous rappelle que Vous êtes à l’origine de cette contamination. Je vous…

La cliente la coupa à nouveau. Alia commença a s’activer sur ses commandes.

– Je m’en fous de votre putain de baratin. Vous n’avez qu’à accélérer le processus. Vous n’êtes qu’une bonne à rien et je … je… mhm.. mmhmm … mhhm…
Le visage de la femme fut sais d’un spasme et sa bouche se contracta en un étrange rictus. Alia esquissa un discret sourire.

– Bien, Madame. Je peux concevoir que votre hostilité soit simplement l’expression de votre détresse et je n’ai pas vraiment envie de vous en tenir rigueur. Cependant, en vertu de l’article 7, paragraphe 2, alinéa 10 du Code Bancaire, je vous rappelle que toute agression envers un Agent du Saint Conseil est passible d’un châtiment relativement sévère. Je me suis donc permis d’activer l’inhibiteur de parole de votre implant neural. Toutes mes excuses pour le léger désagrément mais nous pouvons désormais discuter calmement. J’ai aussi ralenti le temps d’incubation de votre sébay qui sera dès lors disponible dans vingt jours. Vous faites pénitence ou je durcis les pénalités. Tout est clair pour vous, Madame Sargass ?

Alia libéra l’implant neural et la Benef fut à nouveau capable de dialoguer.

– Mhm.. je.. euh… Non, non. Enfin je veux dire oui. Veuillez me pardonner mon emportement, Conseiller. Je… je trouverais bien un moyen de me débrouiller. Merci de votre clémence, Conseiller. Béni soit le Saint-Argent.
– Béni soit le Saint-Argent. Je suis ravie que nous soyons tombées d’accord. Je vous souhaite une bonne journée, Madame Sargass.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *